Le club DF-SFB

Londoniennes, elles sont respectivement héroïne de la Résistance, mannequin fétiche d’Yves St Laurent, confidente de Maria Callas, globe-trotter avant le développement du tourisme, conférencière à l’Alliance Française.

Telles des  « ados » au sein de leurs réseaux sociaux, elles sont une vingtaine à se retrouver tous les mois au Club du DF-SFB pour partager les souvenirs accumulés au cours des quelques décennies de leur existence.

Elles, les témoins d’événements marquants de l’Histoire, que l’on ne connait qu’au travers des livres, mais qu’elles ont vécus en direct, imaginez ensemble :

  • Anne, actrice sous la direction de Marc Allégret et de Roger Vadim, aux côtés d’Alain Delon, Brigitte Bardot et tant d’autres – nous pouvons la reconnaître dans le rôle de la jolie secrétaire du célèbre « En Effeuillant la Marguerite »

  • Carole, mannequin pour la Maison Dior et Hardy Amies, couturier de la Couronne d’Angleterre qui fait vivre l’effervescence des défilés devant la Reine Mère, en Russie, en Australie

  • Annie, amie de Maria Callas, fait vibrer au rythme des joies et des souffrances de la célèbre cantatrice

  • Certaines, comme Lucienne ont surmonté des épreuves traumatisantes dont elles gardent les cicatrices avec dignité

  • D’autres souffrent en silence de douleurs physiques handicapantes parfois insoutenables. Elles ont du courage, du culot parfois, et de l’humour toujours ! Elles s’efforcent de s’adapter aux nouvelles technologies et aux nouveaux modes de communication pour s’intégrer à la société de ce XXIème siècle qui mise sur l’efficacité et délaisse, parfois, ceux qui ne se recyclent pas assez vite

  • Renée se souvient des premiers bombardements de la drôle de guerre alors qu’elle n’avait que 10 ans, des valises faites hâtivement pour fuir sur des brouettes sans avoir le temps d’avoir peur, elle se souvient des passeurs, du livre des «Discours du Maréchal Pétain» offert aux bons élèves, de ce soldat allemand qui priait pour la paix

  • Nicole, elle, s’est enivrée de liberté au cours de ses voyages, mais sa grande indépendance s’est progressivement transformée en véritable emprisonnement, celui de l’isolement et de la solitude. Aujourd’hui, elle se sent fragile et dit le plaisir de retrouver les autres, de partager tout simplement parfois des recettes oubliées : le Pain du Petit Jésus ou la salade Tournaisienne de Michèle avec ses 20 ingrédients !